TABLES DES MATIÈRES


Préface de François TURCAS

Introduction à l'entretien par Ronald MARY

Préambule : Hommage à Sitting Bull par Eric FAVRE

ABÉCÉDAIRE DE MES VALEURS FONDAMENTALES

1- Amour.

2- Argent.

3- Audace.

4- Bodybuilding et culturisme

5- Courage

6- Education, développement personnel et formations

7- Famille, solidarité familiale et patriarche

8- Elvis PRESLEY et Johnny HALLYDAY

9- Leader et Patron

10- Loyauté

11- Non ! Savoir dire non

12- Pardon

13- Partage

14- Persévérance

15- Pouvoir

16- Respect, reconnaissance et tolérance

17- Rêve

18- Santé et hygiène de vie

19- Simplicité

20- Travail

21- Trois chênes

22- Vision

23- Mes objectifs

COUPS DE GUEULE !

- Hypocrisie et incompétence des politiques face aux laboratoires pharmaceutiques et à l’industrie agroalimentaire

- Médias et surinformation négative

- Les conglomérats qui se préparent sont inévitables… peut être…

- Mon monde d'hier et d'aujourd'hui

- Immigration

CONCLUSION

Eric Favre Los Angeles

Bibliographie



  9

 11

23

 

31

39

43

47

59

63

65

83

93

105

111

113

117

111

113

131

135

143

163

165

173

175

183

 

189

195

201

205

207

 

217

221

Amour

Pour moi, c’est l’essentiel, le carburant qui doit nous mener chaque seconde de chaque jour, et dans tout ce que l’on fait. Mais surtout dans le travail. Car on l’oublie trop souvent afin de ne privilégier que la performance, l’économie, la rentabilité… négligeant ainsi que l’entrepreneur, le chef, gère avant tout des hommes et des femmes remplis d’émotions.

Argent

Une seule chose devrait logiquement générer des profits et de la richesse : le travail. Et avant de faire des reproches aux dirigeants, allons voir ce que sont les responsabilités du grand patron d’une énorme entreprise.

Audace

Ayons l'audace de sortir de l'uniformisation et de cette pensée unique pour laquelle tout doit s’expliquer, tout doit être pareil, avec au final que chacun s’éloigne de sa propre vérité, son propre bonheur. Il est temps de prendre conscience que le collectif qu’on voit poindre – la mondialisation tant décriée - ne pourra permettre aux humains de survivre que s’il passe par le bonheur individuel. Pour ce faire, il faut revendiquer et avoir l’audace de vivre son propre bonheur individuel,

Bodybuilding et culturisme

Quand j’ai découvert le bodybuilding, j’ai compris que c’était là un sport pour moi : depuis mon jeune âge, j’entretiens mon corps, je reste en forme, et j’ai même l’impression aujourd’hui de 48 “Je suis né sauvage, paysan... et entrepreneur !” vieillir un peu moins vite. De par mes activités professionnelles, je suis forcément devenu un peu plus sédentaire qu’à la ferme ; le bodybuilding me permet de m’entretenir et de garder ma ceinture abdominale renforcée, un dos fort et d’avoir une activité quotidienne très soutenue sans ressentir de fatigue.

Education, développement personnel et formations

L’éducation, dans le sens de l’acquisition des compétences, me paraît trop restrictive ; j’y ajoute l’estime de soi, l’épanouissement personnel, le travail sur nos comportements… c’est pour moi ce mouvement qui doit nous porter à apprendre et à nous éduquer tout au long de notre existence.

Courage

Or, nous avons besoin de courage à chaque instant de chaque jour. Surtout lorsqu’on est chef d’entreprise ou artisan, lorsqu’on a décidé de prendre sa vie en main, de créer de la richesse humaine et matérielle ; pour rester juste et dans une dimension de valeurs fortes comme l’honneur, la loyauté, la vérité… il faut du courage.

Famille, solidarité familiale et patriarche

J'ai toujours montré à mes enfants qu'on peut avoir beaucoup de générosité dans la vie mais qu’il faut savoir être indépendant et égoïste à un moment donné pour soi-même. Ils n’ont pas la pression de devoir se préparer à reprendre le groupe de papa de suivre le même chemin que moi. Cette pression dont on peut penser qu’elle serait généreuse – afin de leur donner ce que j’ai gagné – est en fait pour moi une erreur. C’est ma position personnelle, et ils me le rendent bien aujourd’hui.

Elvis PRESLEY etJohnny HALLYDAY

Ces deux hommes sont très importants dans ma vie. Mon goût pour Elvis Presley et Johnny Hallyday est révélateur du paradoxe que je suis ; il permet aussi de comprendre comment j’en suis arrivé là où je suis. Je suis fan, et en même temps je ne suis pas un malade hystérique. Si je m’identifie parfois au symbole qu’ils représentent – force, puissance, liberté…-, je ne suis absolument pas dans le mimétisme ; c’est juste que j’aime ces deux-là.

Leader et Patron

Je crois que je fédère parce que je m’implique. Dans ma manière de manager mes équipes, je me dois d’être un exemple. Je ne peux pas demander aux gens des choses que je ne partage pas avec eux. Il y a deux façons de mener des combats : une à la Jules César qui, en haut de sa colline, manoeuvre ses troupes dans un esprit de stratégie militaire ; puis, il y a la manière d’Alexandre le Grand ou de tous les grands conquérants qui, avec une poignée d’hommes, toujours devant au combat, savaient fédérer et créer de l’émotion, du courage, de la foi, avec surtout un objectif et une vraie vision, ce qui dans une petite entreprise est nécessaire.

Loyauté

Je souffre aujourd’hui, dans notre société, de ne plus rencontrer assez souvent cette loyauté. Je me fais gruger régulièrement. Et chaque fois, je me rends compte que le pouvoir, l’argent, les femmes… finalement, la loyauté n’y résiste plus. Dans ce que je vis quotidiennement, dans ma position actuelle, je ne rencontre plus beaucoup de gens loyaux, capables de se mettre vraiment en danger pour respecter leur parole.

Non ! Savoir dire non

Un non peut économiser beaucoup de temps, rapporter beaucoup d’argent et surtout apporter beaucoup de considération : dire non c’est aussi se faire respecter, à condition évidemment de respecter l’autre ; car ce n’est pas un non pour détruire, c’est le non de la construction.

Pardon

Le slogan de mon entreprise c’est : « performer, partager ». Car le partage est essentiel. Mais pour partager il faut bien créer de la richesse. Et on en revient au travail qui créé la richesse ; c’est la répartition de cette richesse qui devient du partage.

Persévérance

Comme il n’est pas de ma finalité de paraître ou de chercher une reconnaissance, il m’est plus important de créer, d’animer des équipes, et d’aller dans des espaces où on ne m’attend pas, qui paraissent difficiles. Avec du travail, du courage, comme dans une ferme, et en passant toutes les épreuves, on arrive petit à petit à se reconstruire. Et surtout sans jamais mentir ni se perdre dans une fuite en avant qui n’a rien à voir avec la persévérance.

Partage

Le slogan de mon entreprise c’est : « performer, partager ». Car le partage est essentiel. Mais pour partager il faut bien créer de la richesse. Et on en revient au travail qui créé la richesse ; c’est la répartition de cette richesse qui devient du partage.

Pouvoir

Je n’ai jamais rêvé d’avoir le pouvoir, j’ai rêvé de pouvoir faire. Accordez-moi que la nuance est d’importance. J’ai rêvé de pouvoir faire ce que j’avais envie de faire ; j’ai rêvé de pouvoir vivre ce que j’avais envie de vivre ; j’ai rêvé de pouvoir dire ce que j’avais envie de dire… En revanche, je n’ai jamais rêvé du pouvoir pour le pouvoir qui ne m’a jamais intéressé. Je rêve encore et toujours de pouvoir être libre dans mes pensées, dans ma façon de vivre, d’entreprendre, d’aimer…

Respect, reconnaissance et tolérance

Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de reconnaissance. J’ai en revanche envie de faire passer un message aux gens qui doutent, qui en souffrent et qui, parfois, n’ont pas l’énergie suffisante pour passer ce cap, afin de les aider à entrer dans le respect d’eux-mêmes et pratiquer l’art de la tolérance envers les imbéciles qui ne savent pas reconnaître leur atypisme.

Rêve

Le rêve de pouvoir a remplacé le pouvoir du rêve. Les gens vivent leur vie au travers des médias et des émissions télé people. Et sans faire le chemin nécessaire, beaucoup désirent arriver tout de suite à la gloire. Les chimères et l’accélération du temps ont altérés ce pouvoir du rêve : on est passé de la bonne soupe d’antan qu’il fallait préparer en nettoyant les légumes, en les épluchant pour y trouver toutes les saveurs, à la soupe instantanée.

Santé et hygiène de vie

Nous savons vivre aujourd’hui plus longtemps et en meilleure forme, mais en ayant confié notre santé personnelle à d’autres personnes. Est-ce mieux qu’hier ? Je ne sais pas, je n’en suis pas convaincu ; disons que c’est devenu différent.

Simplicité

Parfois, je suis tellement simple que ce sont les autres qui désirent me compliquer. Mais quand je dis au gens de « faire simple » ou que « c’est simple », ils entendent trop souvent « c’est facile ». Or, faire simple, ce n’est pas facile. Ainsi, on me dit souvent que c’est facile pour moi car c’est moi qui décide : et bien faites en sorte de décider et ce sera facile pour vous. Et pour moi c’est simple de décider, même si ce n’est pas toujours facile, car c’est moi qui décide pour moi.

Travail

Je demande à tous de travailler pour le drapeau de l’entreprise. Et pour ce qui concerne les salaires, je constate encore un paradoxe : on dit que le coût de la vie a augmenté (ce qui est vrai pour beaucoup de produits, alimentaires notamment), et pourtant il a baissé (sur d’autres produits) car on importe de Chine et d’ailleurs. Nous gagnons 10% de moins que les allemands et nous payons 30% de charges en plus. Il me semble qu’il vaudrait mieux rehausser nos prix, augmenter les salaires, baisser les charges et donner plus d’autonomie à la population française.

Trois Chênes

Ils existent encore et nous y allons régulièrement avec mes enfants, ma famille, mes amis. Cela nous permet de nous ressourcer et de partager les valeurs terriennes ensemble. Pour moi, c'est un fort ressourcement énergétique. Ce que j'ai vécu enfant sur ce terrain, avec ces valeurs, m'a permis de développer mes entreprises, à commencer par celle que j'ai nommée Les 3 Chênes.

Vision

La vision est la première indication que doit donner un chef d’entreprise à toutes ses équipes. Et le plus important c’est d’y apporter du bon sens. Quel que soit le chemin, si on ne le prend pas dans le bon sens, si on n’est pas en adéquation avec la vision, les gens ne comprennent pas. C’est généralement ce qu’on a perdu, il me semble, dans nombre d’entreprises aujourd’hui : la vision et le bon sens.

Mes objectifs

J'ai envie de partager de grandes aventures entrepreneuriales, avec des gens ; car je n’ai plus grand-chose à me prouver ni à prouver aux autres. Donc, j’ai envie de partager des projets, de construire avec les autres. L’âge aidant, je m’aperçois que c’est devenu mon air, mon oxygène, mon moteur de partager des projets qui paraissent impossibles, dingues.

Hypocrisie et incompétence des politiques face aux laboratoires pharmaceutiques et à l'industrie agroalimentaire

Il serait enfin temps que nous prenions conscience, par exemple, des stratégies insidieuses mises en place par les laboratoires pharmaceutiques pour nous faire accroire que nous ne sommes pas des êtres naturellement vivant et sain ; pour eux, nous devons adhérer à l’idée perverse que nous sommes tous potentiellement malades. Comment ne pas trouver révoltante cette manipulation de la population au seul profit mercantile de groupes industriels ? D’autant plus abject que nombre de médecins – pas tous, heureusement ! - se font les complices de cette arnaque de grande envergure.

Médias et surinformation négative

Les médias n’assument plus leur responsabilité pédagogique : ils véhiculent une image presque toujours négative du monde. Une image que les gens reçoivent, absorbent ; et on les gave de telle manière que le monde ne peut apparaître que pourri, mené par les filous et gangréné par les guerres. J’ai vraiment l’impression que c’est une entreprise de destruction, menée sciemment pour cloitrer les gens chez eux, pour que règnent la peur et la culpabilité, pour que surtout les masses ne revendiquent pas trop. On ne bouge plus, on vous déresponsabilise et on vous abreuve de lois imbéciles sous le prétexte de sécurité : en France, qu’un gamin se noie dans une piscine et ce sont toutes les piscines du pays qui doivent obligatoirement disposer d’une barrière et d’un radar... comme si le radar allait éviter les accidents.

Les conglomérats qui se préparent sont inévitables... peut être...

Car, il ne faut plus rêver : ce sont bel et bien les industriels qui font voter les lois aux politiques, qui leur imposent la plupart des limites et obligations, et toujours en fonction de leurs propres intérêts. Même si je vais vite dans mon propos, il est de plus en plus visible que c’est bien ainsi que tout se passe. Et ce n’est certainement pas le consommateur bio et éco-citoyen qui influence le plus nos élus. Arrêtons d’être ou de faire semblant d’être naïfs.

Mon monde d'hier et d'aujourd'hui.

Ma terre d’hier n’était pas plus ou moins admirable que celle d’aujourd’hui, elle était plus simplement différente. Elle était surtout encore dans l’imaginaire, le rêve, l’émerveillement, ancrée dans de vraies valeurs familiales, de paix…. ce qui me manque aujourd’hui. Pourtant, la France d’aujourd’hui est une pépite d’or, avec ses hommes, ses femmes, ses quelques 5 millions d’immigrés… tous ces français sont une vraie chance qu’on ne sait pas exploiter et qu’on dénigre, qu’on écrase, qu’on est en train d’asphyxier.

Immigration

Regardons-nous. Quels sont nos comportements, notre attitude, et revenons aux valeurs de la France de tolérance et d’empathie. Cessons de nous focaliser sur une minorité qui profite de cette espèce de ressentiment, de la violence et du manque de respect, pour juger toute une communauté. Et dans le même temps, soyons assez forts pour exiger le respect de notre pays, de son histoire, de sa culture, de ses choix politiques laïques…

Eric Favre Los Angeles

Eric Favre Los Angeles c’est mettre le bonheur dans sa liberté, sa liberté dans l’effort, l’effort dans la bravoure !